Image default
Sports

La luge est-elle aussi dangereuse qu’on le pense ?

La luge a connue des difficultés ces dernières années, mais les risques sont disproportionnés, selon un expert en santé publique.

Moins de blessés qu’avec d’autres activités hivernales

L’interdiction de la pratique de la luge met les villes canadiennes sur une pente glissante. Elles pourraient empêcher les enfants de pratiquer une activité hivernale saine, selon un expert en santé publique de l’Université de l’Alberta.

Don Voaklander, directeur du Centre de prévention des blessures, souligne les données récentes des hôpitaux de l’Alberta qui montrent que la luge a fait atterrir beaucoup moins de personnes dans la salle d’urgence que d’autres activités hivernales populaires comme le hockey sur glace, le ski alpin et la planche à neige. Et seulement trois pour cent des personnes qui se sont rendues aux urgences avec des troubles liés à la luge se sont retrouvées dans un lit d’hôpital.

« Ce n’est pas aussi dangereux que le ski ou le curling « , a déclaré Voaklander, en faisant remarquer que le curling peut entraîner moins de visites aux urgences que la luge, mais qu’il est deux fois plus susceptible de causer un séjour à l’hôpital. »

Des précautions à prendre pour éviter les blessures

Les recherches de Voaklander ont montré que les blessures les plus courantes en luge enfant – fractures, contusions et entorses – sont potentiellement graves mais évitables si les parents prennent des précautions.

« Le message à retenir ici est qu’il est bon que les parents connaissent les risques. Si votre enfant fait de la luge, mettez-lui un casque sur la tête – il n’est pas nécessaire que ce soit un casque de ski ; il peut s’agir d’un casque de vélo ou de hockey. N’importe quel casque est mieux que pas de casque du tout ».

Pourquoi décider d’interdire cette pratique ?

Alors, qu’est-ce qui se cache derrière la décision d’interdire la pratique de la luge alors que le hockey et le curling continuent sans contrôle ?

En janvier, la ville de Jasper a interdit la luge sur deux collines locales populaires, rejoignant ainsi des villes comme Calgary et Hamilton qui ont adopté des restrictions similaires dans les espaces appartenant à la ville.

Edmonton n’a pas mis en place d’interdiction – en fait, la ville fournit un guide pratique qui indique à ses citoyens quand les conditions sont propices pour se rendre dans les collines.

« Les municipalités essaient de réduire leurs taux d’assurance. Il y a eu des poursuites très médiatisées au Canada, surtout de la part d’adultes qui ont été blessés. Si vous parlez à une municipalité du pays, elle vous dira qu’il est de plus en plus difficile d’obtenir une assurance à coût modéré pour couvrir les activités récréatives », a déclaré M. Voaklander.

Néanmoins, il n’est pas avéré que les interdictions municipales soient efficaces pour prévenir les poursuites ou les blessures. « Vous pouvez l’interdire, mais c’est comme signer une renonciation. Vous pouvez signer une renonciation et quand même poursuivre quelqu’un en justice. »

Voaklander a déclaré qu’il ne voudrait pas voir les enfants passer à côté des avantages sanitaires et sociaux de la pratique de la luge juste parce que les risques ont été exagérés. « Je pense que c’est une bonne idée que les gens soient conscients des risques, mais je ne pense pas que nous devrions la réglementer », a-t-il dit. « Les enfants de nos jours ont tellement d’activités structurées. Il y a tout un mouvement en ce moment qui suggère que nous perdons quelque chose dans la société en n’exposant pas les enfants à plus de jeux libres. »

Related posts

Améliorer son souffle au quotidien : voici ce qu’il faut faire

Tamby

Le fitness, un sport et un loisiren même temps

Irene

Choisir son paddle : ce qu’il faut prendre en compte

Odile